Centre JEAN PERRIN

CENTRE REGIONAL DE LUTTE CONTRE LE CANCER D'AUVERGNE

Actualités

Actualités

centre-jean-perrin

[FAQ] COVID-19 et cancers urologiques

 

COVID-19 et cancers urologiques (prostate, vessie, testicules, rein)

 

[Vidéo] Interviews croisés du Dr Hakim MAHAMMEDI, oncologue et du Dr Geneviéve LOOS, radiothérapeute

 

1/ Quelles sont les mesures adaptées aux patients qui sont traités pour un cancer urologique ?

Tout d'abord de façon générale, vous devez  respecter les consignes qui ont été préconisés et diffusées par le gouvernement :

  • Se laver les mains très régulièrement
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Saluer sans se serrer la main, arrêter les embrassades
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
  • Eviter les rassemblements, limiter les déplacements et les contacts

Elles sont fondamentales pour éviter la diffusion du COVID-19.

 

D’autre part, l'objectif au Centre Jean PERRIN est de proposer à chaque patient un traitement adapté à sa situation personnelle et au contexte épidémique. Nous avons sécurisé au maximum notre hôpital pour éviter la diffusion du virus.

 

2/ Comment le Centre Jean PERRIN a-t-il adapté son fonctionnement face à l'épidémie ?

Nous avons réorganisé notre travail afin que les patients les plus fragiles et/ou qui nécessitent un traitement puissent continuer à venir en toute sécurité.

De plus, dans la mesure du possible, les téléconsultations seront privilégiées.

 

3/ En pratique, pour un patient atteint de cancer urologique, qu'est-ce que cela signifie ?

  • Cancer de la prostate :

Chaque dossier de patient est revu par les professionnels du Centre en fonction de critères définis que sont le taux de PSA (protéine qui circule dans le sang et qui est secrétée exclusivement par la prostate) et l’extension de la maladie.

Certains traitements peuvent être différés sans que cela fasse perdre de chance au patient.

Nous avons aussi la possibilité d'introduire ou de prolonger une hormonothérapie avant de débuter le traitement par radiothérapie.

Aucune hormonothérapie ne doit être arrêtée sans avis médical préalable.

Concernant la chimiothérapie, une analyse au cas par cas avec votre oncologue référent sera organisée afin de vous proposer la meilleure option en tenant compte du contexte épidémique et de votre risque personnel.

  • Cancer de la vessie :

Si un traitement local (chirurgie ou radiothérapie) vous a été proposé, il doit être maintenu.

Si vous devez recevoir une chimiothérapie, votre oncologue vous proposera la meilleure association de traitement.

  • Cancer des testicules :

Il s’agit généralement de patients jeunes dont l’objectif de traitement est curatif. Nous ne prévoyons pas de différer les traitements.

  • Cancer du rein :

Il s’agit généralement d'un traitement par thérapie orale, en conséquence, il n'y a pas de modification à prévoir.

 

4/ Si un traitement de radiothérapie est maintenu, le patient doit il s'inquiéter de la qualité des traitements délivrés ?

Non, les professionnels du Centre Jean PERRIN travaillent ensemble au maintien de la qualité optimum des traitements. Ils respectent les recommandations et consignes nationales des sociétés savantes, à savoir la société française de radiothérapie oncologique et la société française de radiothérapie.

Tout est mis en œuvre pour votre sécurité. C'est l'objectif principal de tous les personnels soignants qui participent aux traitements des patients au Centre Jean PERRIN.

 

A voir aussi :

 

 

 

 


Mis à jour : mardi 21 avril 2020 13:54