Cancer de l'ovaire

Le cancer de l’ovaire est un cancer rare, qui touche les femmes le plus souvent autour de 65 ans. À cause de ses symptômes discrets et peu spécifiques, il est souvent découvert à un stade avancé. Il est ainsi responsable de 3 150 décès par an en France.

Dans cette page

Types de cancer

Il existe plusieurs types de cancers de l’ovaire, selon le type de cellule où la tumeur prend naissance.

Le cancer de l’ovaire peut prendre naissance dans trois types de cellules.

  • Dans les cellules épithéliales, en surface de l’ovaire. C’est le cas dans 90 % des cancers. On parle alors d’adénocarcinome de l’ovaire.
  • Dans les cellules stromales, dans la médullaire, entre les follicules. Il s’agit alors de tumeurs stromales.
  • Dans les follicules, les futurs ovules : tumeurs germinales malignes.

Cancer de l'ovaire : qui est concerné ?

Le cancer de l’ovaire est relativement rare. Il touche environ 5180 femmes par an en France, contre 58 400 nouveaux cas pour le cancer du sein, par exemple. Il apparaît le plus souvent après la ménopause. Il est diagnostiqué en moyenne à l’âge de 65 ans. Chez les femmes prédisposées génétiquement au cancer de l’ovaire, la maladie apparaît en général plus précocement, parfois avant 45 ans. Des formes plus rares peuvent se développer encore plus tôt, parfois dès l’adolescence.

Dans 1 cas sur 10, le cancer de l’ovaire a une origine génétique. Le fait qu’un autre membre de la famille (mère, tante, sœur…) ait eu un cancer de l’ovaire, du sein ou même d’un autre organe constitue un facteur de risque. En cas de cancer de l’ovaire, une consultation d’oncogénétique est nécessaire afin de rechercher une mutation génétique qui prédispose à ces cancers, comme celles du gène BRCA1, ou, dans une moindre mesure, BRCA2. Des mutations de ces gènes favorisent l’apparition de cancer du sein et de l’ovaire, mais ne sont pas synonymes de cancer à coup sûr. En cas de prédisposition, un suivi rapproché par une échographie annuelle est proposé. Une intervention préventive peut également être proposée. D’autres gènes sont peut-être aussi impliqués, mais tous n’ont pas encore été identifiés.

Le cancer de l’ovaire peut également être associé au syndrome de Lynch, une affection génétique rare qui provoque principalement des tumeurs du côlon et de l’utérus.

Dans ces situations de prédisposition génétique, un suivi personnalisé est mis en place.

D’autres éléments pourraient intervenir :

  • L’obésité serait un facteur de risque, comme le fait d’avoir subi des traitements contre l’infertilité ou une ménopause tardive.
  • Comme pour tous les cancers, le tabac et le manque d’activité physique sont également incriminés.
 

Symptômes et diagnostic

Aucun symptôme n'est spécifique mais ils doivent vous conduire à consulter votre médecin traitant s'ils perdurent sur quelques jours ou semaines.

  • Apparition d’une douleur pelvienne
  • Augmentation du volume abdominal
  • Parfois masse palpable
  • Anorexie : nausées + vomissements / fatigue
  • Troubles du transit
  • Signes urinaires
  • Difficulté à respirer
  • Parfois saignements gynécologiques en particulier après la ménopause

 

Comment se passe le DIAGNOSTIC ?

  • C’est une  URGENCE ONCOLOGIQUE
  1. Un gynécologue doit vous examiner pour réaliser des biopsies ou bien faire une exploration par imagerie (échographie, scanner ou IRM). Dans certains cas les biopsies seront réalisées par le radiologue ou par un chirurgien.
  2. Après confirmation du diagnostic exact, un traitement personnalisé à votre pathologie sera instauré.

Numéro à contacter /

Le traitement repose sur la chimiothérapie, des thérapies ciblées et la chirurgie.

 

 

Dernière mise à jour : 27 août 2021