Recherche Fondamentale

La recherche fondamentale axée sur la biologie du cancer permet d'accroître la compréhension de l'oncogenèse, de l'évolution et de la progression du cancer. En effet, grâce au développement de nouvelles technologies, notamment moléculaires, et à l'évolution des concepts et des modèles, la biologie tient aujourd'hui une place essentielle dans la recherche sur le cancer.

Dans cette page

L’organisation au Centre Jean PERRIN

La recherche fondamentale est dirigée par la Professeure Frédérique PENAULT-LLORCA, pathologiste reconnue à l'internationale et directrice générale du Centre Jean PERRIN.

Les différentes thématiques de recherche

Comme pour la recherche clinique, la recherche fondamentale au Centre Jean PERRIN s'articule autour de 2 grandes thématiques autour du cancer du sein que sont les biomarquers et les radio-traceurs (avec par exemple les traceurs utilisés pour les scintigraphies).

Outre ces deux axes principaux, notre centre de recherche aborde également d'autres pathologies tels que :

  • la neuro-oncologie
  • l'étude du cancer du poumon
  • l'étude des cancers de la femme
  • l'étude des cancers tête et cou (également appelés ORL)

 

Nous collaborons avec des équipes de recherche multidisciplinaires sur ces thématiques, que ce soit en local, en régional, à l'échelle nationale ou encore à l'international.

 

Retour sur une étude translationnelle menée au Centre

Sur le cancer ovarien

Cette étude translationnelle a pour but d'identifier les biomarqueurs prédictifs de rechute chez les patientes traitées pour une chimiothérapie néoadjuvante (CNTA) pour un cancer ovarien.

Etapes

  • Nous avons établi une base de données de patientes traitées au Centre Jean PERRIN entre 2009 et 2015.
  • Nous avons ensuite construit les puces tissulaires à partir des résidus tumoraux (RT) persistant par la CTNA.
  • 138  résidus tumoraux ont été analysés par Bérénice CASTANO, interne en gynécologie dans le cadre de la formation de Master 2, encadrée par Nina RADOSEVIC-ROBIN, pathologiste chercheuse au sein de l’unité de pathologie du Centre et membre de l’UMR1240 INSERM, UCA.

Résultat

« Nous avons pu démontrer que l'expression élevée de la nestine, protéine, qui peut être exprimée par les cellules et/ou par le stroma tumoral, est significativement corrélée avec la survie globale. Nous continuons l'étude de la cohorte de façon de prospective afin d'atteindre au moins 200 patientes. Nos prochains travaux porteront sur l'étude du microenvironnement de la cellule tumorale dont l'expression influence le comportement d'un cancer ovarien et du cancer en général. »

Dernière mise à jour : 15 septembre 2020

Actualités